Accéder au contenu principal

Raid Blanc de Nuria par Alain & Mayeulle

En décembre, avec Alain, nous décidons de nous inscrire sur le Raid Blanc de Nuria..Ce sera notre 1ère grosse épreuve sportive depuis le RIF (pour Alain) et le 100miles pour moi, on opte pour la version « luxe » du raid avec un pack : inscription au raid, pension complète et hébergement à l’auberge !

Vendredi, Alain a passé l’aprem à préparer les sacs, il m’attrape à la sortie de l’école et on file vers l’Espagne. On chope le train à Crémaillère pour arriver à Nuria à la nuit !

Aux inscriptions, on est attendus : la seule équipe de français…et de suite, on nous annonce un petit problème : y a du vent, beaucoup de vent : on ne peut pas accéder à l’auberge. L’orga nous trouve un pauvre tapis de sol et deux petits duvets « Palavas »..Youpi ! On va donc établir notre campement dans la salle polyvalente (qui deviendra au fur et à mesure du WE un vrai camp de gitan) Le petit WE en amoureux est bien commencé !
Les autres équipes ont été prévenues et ont prévu de quoi camper…On se retrouve tous dans la salle à trier notre matos pour préparer les sacs de raid et là : c’est l’hallucination…Un matos de dingue : ca cliquette dans tous les coins (entre les piolets de toutes les tailles, les raquettes colorées, les baudards plus ou moins chargés de bricoles, les cordes de tous les diamètres), on se croirait à la veille d’une expé en Himalaya (…plus ça va, plus je blêmis)..Qu’est ce que je fais là ?


Première nuit :
Nous, on est au fond de notre duvet assez tôt, fracassés par la semaine de boulot, et avec franchement envie de dormir… Vers une heure du mat’, toutes les lumières sont encore allumées, les espagnols rigolent à gorge déployée, tchatchent à tout va et continuent de trafiquer leur matos…On avoue : avec des piolets à portée de main, on a eu quelques idées de meurtre qui nous ont traversé l’esprit…pas facile de s’y faire au rythme espagnol !



 


Premier jour :
Rappel et tyrolienne : on gère…(on a juste failli se faire escamper du pont par une énorme rafale de vent en se rendant aux ateliers corde…ca pose les bases)
CO en montagne : on suit les traces des premières équipes. c’était des blaireaux…On fait donc nos gros blaireaux et on loupe une balise (parce qu’on a suivi les traces des blaireaux)…Alain s’énerve et on change de tactique : « Mayeulle, met tes crampons ! » OK …on fait maintenant nos traces, tout seuls, en  pleine montagne et on enchaîne toutes les balises sans difficulté !




CO culturelle à Nuria : on a un plan de l’hermitage et on doit répondre à des questions…tout est en espagnol sauf nos questions qui ont été traduites en un français incompréhensible ! On finira à l’office de tourisme, comme deux touristes de base (équipés comme des raideurs…imaginez le tableau !) à demander les réponses aux employés de Nuria !
C.O score, ordre libre en montagne : grosse section, le temps se bâche, on décide de laisser tomber la balise 40, la plus éloignée (on perd une place au classement à cause de ce choix, oups…)
On rentre les premiers, avec une heure d’avance, il nous manque 2 balises !


 

Epreuve de nuit :
construction d’une colonne de neige la plus haute possible en 5 minutes
C.O semi urbaine où l’on tire notre épingle du jeu grâce à des choix osés et judicieux (3èmes au scratch)

Deuxième jour (après une nuit courte mais calme)
Au briefing, on découvre le classement …on pensait être en bas de tableau et ben nan, po du tout : on est 3èmes en mixte…wahou ! Du coup, le programme pour nous est simple: tout donner, ne rien lâcher !
C.O score, ordre libre en montagne : on s’accroche malgré les bourrasques de vent qui nous dévient de nos trajectoires…On rentre avec toutes les balises cette fois ci et contrairement aux 21 autres équipes (on a trouvé toutes les balises même celles planquées au pied des sapins ou ensevelies sous la neige)



C.O semi urbaine rigolote et sympathique (toujours autour de Nuria, au milieu des pistes de ski et des touristes)
Tir à l’arc


A la fin de cette journée, on conserve notre 3ème place, on s’est vraiment régalé ! Beau WE de montagne avec une ambiance simple et sans prise de tête ! 35km et 3000m de D+ avec mon homme, qui a orienté tout le temps (enfin presque) ! On y reviendra ...avec d’autres copains français !




Enregistrer un commentaire