Accéder au contenu principal

Duo de l’Aigoual - samedi 4 janvier 2014 - par Céline


Après ma convalescence « genou en vrac » de bien un mois et demi (et ma période « je ne branle rien ! » de deux ans et ½…), j’avais recommencé à m’entraîner avec l’envie de reprendre les courses dès le début de l’année 2014. Alors, quand Alain m’a proposé le trail « Duo de l’Aigoual », j’ai sauté sur l’occasion ! Certes un 12 km, tranquille, mais dans la neige et de nuit, une bonne occasion de retrouver l’excitation de la course dans des conditions un peu spéciales !
Toute la semaine, Météo France annonce un temps apocalyptique sur l’Aigoual, avec même à un moment une alerte orange tempête… Chouette ! L Cela s’annonce sportif… Pas d’annulation de la part des organisateurs, donc on y va… Alain passe donc me chercher samedi vers 14h30, départ pour Prat Peyrot, station de ski de l’Aigoual, à une heure et ½ de route sous un ciel bas, noir et la bruine.
Quelle n’est pas notre surprise en montant sur l’Aigoual de voir se déchirer le nuage de brouillard pour apercevoir le ciel bleu ! Mais cela ne dure pas longtemps… le brouillard remonte et nous enveloppe pour le départ.

1 - avant le départ

2 - avant le départ bis (avec des coureurs du clu Run in Cres)

Une ambiance un peu feutrée et spéciale pour un départ donné à 17h30 afin de partir à la nuit tombante. Quel bonheur de retrouver le plaisir et l’excitation du briefing et du décompte départ ! Même si on ne part que pour 12 bornes, je ne boude pas mon plaisir ! Top départ ! Comme d’habitude, tout le monde démarre en trombe. J’essaye de me caler sur mon rythme, plutôt diesel en début de course. De toute façon, sur un format aussi court, impossible pour moi d’espérer faire une perf’. Mon objectif à moi : moins d’1h30. La course est formée de deux boucles avec un passage - à l’australienne ;-) - devant le point de départ où sont massés les nombreux et bruyants supporteurs (pour se réchauffer ?!)

3 - le parcours

La première boucle (à l’ouest sur la carte) est un peu difficile. Pas tant le dénivelé que la difficulté de trouver mon souffle à 1400 m d’altitude. Alain m’attend et m’encourage. Je persévère car je sais que le début c’est TOUJOURS difficile. Passage au point de ravitaillement / départ à 6 km pour la seconde boucle et là mes jambes et mon souffle se libèrent enfin, le diesel est en route ! La seconde boucle est quasiment que du plaisir dans cette ambiance de course de nuit remplie des lucioles des autres coureurs sur un sol doux et roulant (pistes de ski de fond). 1h26min et 02sec après le départ, nous voilà arrivés ! Mon objectif atteint donc contente. 123 sur 200, équipes inscrites… OK, c’est un peu loin mais j’ai atteint mes objectifs et c’est l’essentiel. On n’a, à peine, le temps d’aller déguster un vin chaud, se changer et manger un bout de tartiflette qu’il faut filer ! La neige s’est, en effet, entre temps, invitée à coup de grosses bourrasques et nous n’avons pas de chaînes…. Une dernière photo avant de filer pour preuve !

4 - Sous la neige et le vent.... après la course !

La redescente s’effectue doucement sur une route déjà bien enneigée. Alain regrette de ne pas avoir eu la neige avant… Pour ma part, peut-être est-ce la fatigue qui parle, mais je suis bien contente d’être au chaud dans la voiture !! Arrivée à la maison à 22h, douche et sous couette pour des rêves de course dans les bois de nuit ! Pour une année 2014 qui démarre plutôt bien J



Enregistrer un commentaire